MR-COACH

MR-COACH

ELÉMENTS DE RAPPROCHEMENT OU D’ÉLOIGNEMENT.

Cohésion de groupe.jpegL’action collective est plus efficace si elle est conduite par un « chef » au sens propre, celui qui est à la tête. Le mot chef n’est plus à la mode, pourtant il faut dans un groupe une personne qui oriente, anime et prenne la décision en dernier ressort.

La position de l’équipe n’est pas simple aujourd’hui, le cerveau collectif (plusieurs individus qui travaillent ensemble sur un projet) a plus de chance de réussite qu’un seul individu, même s’il est  expert, par sa formation, au niveau de l’information ou de la communication. Pour que la cohésion se forme, il faut une attention de toutes les minutes. La science humaine est compliquée car les individualités sont uniques et leurs réactions sont différentes en fonction de leur construction. C’est le défi auquel l’animateur doit faire face. L’accompagnement par un coach peut être fructueux.

La cohésion débute à la première rencontre, à la première minute de la journée, au premier mot.

 

Comme le dit JC FAUVET dans son livre sur la Socio-dynamique : « Tout acteur tire son énergie du principe de plaisir ou de répulsion »

 

C’est l’affectivité qui inspire le « bel ouvrage », le dévouement aux grandes causes et le dynamisme des dirigeants, les méthodes de l’animation participatives sont plus appropriées pour susciter des élans affectifs susceptibles de relever des défis. La stratégie de projet tire son succès du fait qu’elle mise à fond sur l’affectivité des acteurs.

Hors, en fonction du ressenti des individus, l’affectivité va se manifester par différentes attitudes.

Si l’individu ressent de la confiance vis-à-vis de son interlocuteur, il développera une attitude positive de rapprochement donc plus de cohésion.

Si l’individu ressent une certaine méfiance vis-à-vis de son interlocuteur, son attitude sera négative et provoquera un éloignement pour moins de cohésion.

Ses réactions sont souvent déterminées par une attente ou un besoin (sentiment d’un manque d’un élément pour compléter son être). Selon que le contexte est ressenti comme plus ou moins favorable ou hostile, l’attitude se manifestera différemment en attitudes contraires mais conciliables : la synergie et l’antagonisme.

 

De nombreux éléments favorisent la synergie ou l’antagonisme

 

Pour la synergie selon Wikipédia : la synergie est un type de phénomène par lequel plusieurs facteurs agissant ensemble créent un effet global ; un effet synergique distinct de tout ce qui aurait pu se produire s'ils avaient opéré isolément, que ce soit chacun de son côté ou tous réunis mais œuvrant indépendamment. Il y a donc l'idée d'une coopération créative.

 

Depuis le début de ma carrière, j‘ai été formé à la socio-dynamique au travers de la stratégie des alliés,  j’ai appris et constaté que deux éléments vont fortement influencer la synergie dans une relation personnelle ou professionnelle.

Le premier : le crédit d’intention fondé sur une affection sur ou une sympathie “pour” l’autre pris pour un être cher.

Le deuxième : le jeu commun fondé sur l’intérêt d’entretenir une relation “avec” l’autre pris pour un partenaire.

J’ai vu la différence dans la relation lorsque l’on personnalise un contact avec un salut appuyé d’un sourire. Lorsque l’on complimente ou lorsque l’on est favorable aux idées de l’autre en l’aidant pour qu’il réussisse.

Je n’ai jamais été un spécialiste pour prendre l’initiative d’un contact mais j’ai toujours fait en sorte de respecter les bases pour une relation positive : être ponctuel, informer, soutenir, proposer ses services, être solidaire, respecter ses engagements, ne pas user de son pouvoir mais faire participer l’autre, l’écouter de façon soutenue et communiquer en essayant d’utiliser le ‘’nous’’ plus que le ‘’je’’.

 

 

Pour l’antagonisme selon Wikipédia : l'antagonisme est une situation dans laquelle deux phénomènes ou leurs conséquences s'opposent dans leurs effets. L'idée d'antagonisme est opposée à celle de synergie, dans laquelle divers phénomènes conjuguent leurs effets.

 

Comme pour la synergie, pendant mon parcours professionnel, en pratiquant la stratégie des alliés j’ai compris, lors de mes expériences relationnelles, que si elles sont constructives elles favorisent les résultats, mais les relations humaines sont capricieuses et il suffit d’un rien pour que le soleil se cache et que les échanges deviennent orageux. Deux éléments essentiels provoquent un éloignement dans la relation.

Le premier : Le procès d’intention fondé sur la méfiance ou la haine et exercé aux dépens de l’autre pris pour un adversaire ou contre l’autre pris pour un ennemi.

Le deuxième : Le jeu personnel fondé sur l’affirmation ou la défense du MOI dans une action réalisée sans l’autre ou malgré l’autre.

Interrompre brutalement une conversation, une communication téléphonique, refuser de serrer la main de quelqu’un, feindre de ne pas le reconnaître, lui “faire la tête”, claquer la porte au nez de quelqu’un, le faire attendre, douter publiquement de sa bonne foi, ne jamais rien trouver de positif dans ce que dit ou fait l’autre sont des attitudes qui favorisent l’éloignement. Etre convaincu d’avoir raison, être ferme dans l’action, bien préparer et suivre personnel­lement les dossiers, aller à l’essentiel, être rapide dans la décision, être bref dans ses ordres et ses commentaires, ne pas étaler ses hésitations, être peu sensible à la critique, aux vexations, ne pas craindre la “fameuse solitude” du chef, pousser le projet avec détermination jusqu’à son terme, compter sur soi plus que sur les autres...sont des façons de faire qui paraissent positives, mais la répétition fréquente de ce mode de fonctionnement est préjudiciable à la motivation, la prise d’initiative et la cohésion.

 

Nous pouvons en parler !

 

contact@management-recrutement-coaching.com

www.mannagement-recrutement-coaching.com



14/04/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres